Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2016 7 23 /10 /octobre /2016 15:08

Article Figaro magazine

 

Faut-il former des médecins plus «humains» ?

Par figaro iconJacques Bringer - le 18/10/2016
AVIS D'EXPERT - La médecine doit être spécialisée, innovante et efficace, mais sans perdre sa dimension relationnelle et empathique, plaide le Pr Jacques Bringer (Académie de médecine).

 

Plus que tout, la médecine doit rester humaine, c'est-à-dire garder le souci constant de la personne. Les nouveaux outils biotechnologiques, l'imagerie moderne et interventionnelle, les gestes chirurgicaux moins invasifs, robotisés ou non, l'émergence des biomarqueurs permettent une médecine moins agressive, moins variable et mieux ciblée. La numérisation aide la prise de décision dans les situations complexes et permet de partager facilement l'information entre les professionnels de santé. Outil de vigilance et d'éducation thérapeutique, elle facilite la coordination entre soins de proximité et établissements de recours ainsi que le retour à domicile dans les conditions de sécurité renforcées.

Grâce aux pratiques ambulatoires, il est possible de concentrer et d'accélérer explorations et soins afin de respecter les aspirations du patient à retrouver au plus vite sa vie personnelle et professionnelle. L'exercice des soins centré sur le patient est ainsi organisé, sécurisé et coordonné entre les nombreux professionnels de santé intervenant auprès de lui. Mais une telle organisation semi-industrielle des soins, faite de standardisation, de biotechnologie de précision, de numérisation et d'accélération du parcours la médecine, n'est-elle pas trop «froide» pour rester humaine?

Médecine de la personne

La médecine de la personne, plus humble, attentive au profil de chaque patient et de ses aspirations individuelles, doit faire prévaloir l'écoute, l'empathie, la qualité de la présence et de la parole pour éviter les regards, mots et gestes malheureux ou maladroits car inadaptés à la situation.

Le médecin «n'ordonne plus», il doit savoir annoncer, expliquer, convaincre, éduquer, afin d'éclairer et d'autonomiser le patient. On ne doit plus «envoyer» un patient à l'hôpital ou vers les soins de proximité: il convient de l'accompagner dans une stratégie coordonnée et personnalisée tenant compte de ses priorités, de ses valeurs, de son profil socio-éducatif, culturel et psychologique.

On ne peut plus s'en tenir à des approches spécialisées, cloisonnées, certes efficaces, mais insuffisantes et même potentiellement dangereuses lorsqu'il faut traiter un malade chronique aux pathologies multiples souvent complexes et relevant d'une prise en charge globale, qui demande du temps et n'est donc plus compatible avec une rémunération au seul débit des actes. Ceci est particulièrement évident pour l'exercice de la médecine générale, qui devrait symboliser synthèse et synchronisation.

La médecine doit être à la fois spécialisée, innovante, efficace, sans perdre de son humanité. Les moyens biotechnologiques n'éloignent pas en eux-mêmes ; c'est la façon de s'en servir qui éloigne ou qui rapproche. Ainsi, un geste d'imagerie interventionnelle ou de chirurgie robotisée ne dispense pas de la qualité de la présence, du choix des paroles et du doigté de l'annonce et de son accompagnement. C'est pourquoi la formation conjointe des médecins et des professionnels de santé appelés à intervenir en équipe auprès des patients doit assurer au moins autant l'acquisition et l'évaluation des «habiletés» technologiques que les capacités décisionnelles et relationnelles humaines. Finissons-en avec les concours et les sélections fondés sur le seul contrôle des connaissances ; les étudiants en médecine doivent être mis en situation de sensibilisation pour mieux percevoir, mieux comprendre, mieux répondre aux attentes des patients.

Ateliers de la bientraitance

Entre l'acquisition des connaissances et les stages pratiques de «compagnonnage», l'apprentissage par les outils de mise en situation simulée est indispensable à l'acquisition des gestes et réflexes individuels et collectifs. Les jeux de rôle et les ateliers de la bientraitance doivent se développer dans les facultés pour préparer le futur médecin au colloque humain singulier par l'entraînement à l'écoute et au questionnement éthique.

L'examen classant national (ECN) ne doit plus être la seule évaluation et la finalité exclusive au terme des six premières années de formation médicale… Sachant que, tel qu'il est conçu pour classer et répartir les futurs internes sur le territoire national, c'est le seul examen au monde où l'on est reçu avec zéro! En effet, tout étudiant formé dans une université européenne, français ou étranger, parlant ou non notre langue, peut le présenter et contourner ainsi le numerus clausus en accédant sans limitation à l'exercice médical dans notre pays… Il est urgent de redonner toute sa place et la priorité à l'évaluation des compétences cliniques pour valider l'ensemble des aptitudes pratiques, y compris relationnelles, des étudiants en médecine, d'où qu'ils viennent, avant qu'ils n'accèdent aux fonctions de responsabilité d'interne. Il en va du simple respect des patients.

Partager cet article

Repost 0
Published by inspirezvous la bulle de detente
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de inspirezvous la bulle de detente
  • Le blog de inspirezvous  la bulle de detente
  • : INSPIREZ-VOUS LA BULLE DE DETENTE PRESENTATION DE LA SOPHROLOGIE ET LA RELAXATION POUR TOUT CEUX QUI SOUHAITENT FAIRE LE CHEMIN VERS LA CONSCIENCE ET L 'EXPLORATION DE LEUR MONDE INTERIEUR EN VUE DU BIEN ETRE ET DE L'HARMONIE .EQUILIBRE ET DEVELOPPEMENT PAR LA RELAXATION .La plus grande révolution de notre génération est la découverte que l'être humain, en changeant l'attitude de ses pensées intérieures, peut changer les aspects extérieurs de sa vie. William James (1842-1910)
  • Contact

Recherche

Liens