Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

INSPIREZ-VOUS LA BULLE DE DETENTE PRESENTATION DE LA SOPHROLOGIE ET LA RELAXATION POUR TOUT CEUX QUI SOUHAITENT FAIRE LE CHEMIN VERS LA CONSCIENCE ET L 'EXPLORATION DE LEUR MONDE INTERIEUR EN VUE DU BIEN ETRE ET DE L'HARMONIE .EQUILIBRE ET DEVELOPPEMENT PAR LA RELAXATION .La plus grande révolution de notre génération est la découverte que l'être humain, en changeant l'attitude de ses pensées intérieures, peut changer les aspects extérieurs de sa vie. William James (1842-1910) Lien vers mon blog poésie et photos http://inspirationphotoinstacomment.over-blog.com/

Un cerveau humain, finalement, qu'est-ce que c'est ?

Article de Sciencesetavenir.fr

Self Reflected

 

Le cerveau est au centre d’une vaste machine, notre corps. Il commande, orchestre, régule. C’est le réceptacle de nos sensations, le gardien de notre sommeil et de notre santé, le siège de nos émotions et de notre conscience. Notre interface avec le monde

Nos représentations se limitent souvent à deux hémisphères de tissus gélatineux et pleins de replis. Mais notre cerveau, c’est bien plus que cela. Ce sont aussi des glandes, des amas de cellules neuronales et gliales, beaucoup d’eau, de graisse, de câblages en tout genre, pour transporter informations et nourriture. Et c’est peut-être encore plus que le contenu de notre boîte crânienne, si l’on considère l’important réseau de nerfs et ganglions dans le corps. Et bien davantage depuis que l’on s’intéresse activement, depuis les années 2010, à notre système nerveux entérique, cet ensemble de neurones - 200 millions ! - qui contrôle le système digestif, son activité motrice, ses sécrétions et sa vascularisation. Autrement dit, notre « deuxième cerveau ».

 

Le cerveau est notre organe le plus précieux, celui qui définit notre être. S’il ne fonctionne plus, alors nous ne sommes plus. Savez-vous qu’en cas d’arrêt cardiaque, le massage pratiqué par les premiers secours vise avant tout à préserver le cerveau ? Il s’agit de relancer artificiellement la circulation sanguine et d’oxygéner les cellules cérébrales avec le sang encore hématosé (oxygénée) de l’organisme. Les cellules et les connexions une fois mortes, il faut réapprendre aux prix de grands efforts. Et quand le cerveau entier s’est « éteint », c’est la mort , telle que la définit l’OMS : "La disparition irréversible de l’activité cérébrale."

Le cerveau au sein du système nerveux

Notre cerveau est la pièce maîtresse du système nerveux.

 
 
 

A l’intérieur de ce système nerveux, on distingue deux composantes principales :

- Le système nerveux central (SNC), constitué de l’encéphale (lui-même constitué par le cerveau ou cortex, le tronc cérébral, le cervelet) ainsi que la moelle épinière, courant tout au long de notre colonne vertébrale.

- Le système nerveux périphérique (SNP) repose, lui, sur un réseau de nerfs et de ganglions nerveux disséminés dans l’ensemble de notre corps et rattachés à la moelle épinière ou à l’encéphale. Le SNP collecte les informations dans un double-sens, depuis le SNC vers le corps, ou depuis le corps vers le SNC. Selon le type d’informations qui remonte depuis le corps ou l’environnement, le cerveau choisit de répondre de manière volontaire - en activant consciemment les muscles de nos jambes par exemple -, ou de manière involontaire, par exemple en régulant le rythme cardiaque ou la pression sanguine.

Quels sont les composants du cerveau ?

© PIKOVIT / SCIENCE PHOTO LIBRARY/ AFP

Pour se protéger, il faut bien une forteresse ! Notre cerveau précieux et fragile à la fois est contenu dans une boîte crânienne constituée de plusieurs os, soudés les uns aux autres. Dessous, on trouve les méninges, soit trois membranes (dure-mère, arachnoïde, pie-mère) pour l’empêcher de se blesser contre l’os ; le dispositif est renforcé par le liquide céphalo-rachidien, un véritable matelas liquide fabriqué en grande partie par deux des quatre cavités appelées ventricules. Ce liquide nourrit et protège également la moëlle épinière.

Sous cette enceinte protectrice, le tissu mou du cerveau se divise en deux hémisphères, droite et gauche. Ils constituent la partie la plus volumineuse et la plus iconique de notre cerveau. Celle-ci est constituée, à l’extérieur, de la « matière grise » ou néocortex, une couche relativement fine comparée à la substance blanche, en dessous. Les deux hémisphères sont réunis par une structure médiane, le corps calleux.

Sous les deux hémisphères une région appelée diencéphale réunit plusieurs glandes, ou amas de substance grise, superposées les unes aux autres. En partant de l’étage du haut vers le bas, on trouve :

- le thalamus qui relaie les informations sensorielles remontées depuis le système nerveux périphérique, c’est-à-dire depuis l’ensemble de notre corps, vers le cortex cérébral. Il joue également un rôle dans les émotions et la motricité. Autant de tâches assurées par un ensemble de noyaux qui compose cette structure double et de forme ovoïde.

- l’hypothalamus, sous le thalamus, qui apparaît plus modeste en taille mais lui aussi est incontournable pour le système nerveux autonome. Il est à l’interface entre les processus physiologiques et la production d’hormones dans les différentes glandes endocriniennes du corps. Il régule le système nerveux autonome pour agir sur la température corporelle, la circulation sanguine, le rythme cardiaque et la fréquence respiratoire, l’appétit, les cycles sommeil/veille et les fonctions sexuelles et de reproduction.

- l’hypophyse, principale glande du système endocrinien.

- l’épiphyse ou glande pinéale impliquée dans les rythmes circadiens.

Le cervelet, à l’arrière du tronc cérébral, est important pour notre équilibre et la coordination de tous nos mouvements.

Enfin, ce cervelet enserre le tronc cérébral qui se prolonge par la moëlle épinière à l’intérieur de la colonne vertébrale.

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article