Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 16:02

GHRÉLINE

La ghréline est une hormone naturelle isolée de l'estomac de certains mammifères, dont l'homme, par l'équipe japonaise de Kosima (Nature, no 402, pp. 656-660, 1999).

Lorsqu'on l'injecte par voie intraveineuse ou dans le ventricule cérébral, ce peptide relâche l'hormone de croissance, growth hormone, ou GH (d'où le GH de ghréline). La ghréline a ainsi rapidement montré son effet principal sur la stimulation de l'appétit.

Sécrétée par des cellules spécifiques de l'estomac peu avant le repas et à son tout début, elle déclenche la faim, provoquant la prise de nourriture. Cette action est relayée par le noyau arqué de la base du cerveau qui est également capable de produire de la ghréline.

La ghréline agit directement sur une population de neurones contenant les neurotransmetteurs peptidiques appelés neuropeptide Y (NPY) et agouti related peptide dont le rôle orexigène est bien connu : ils stimulent l'appétit.

De plus, la ghréline bloque d'autres peptides inhibant la prise de nourriture, essentiellement la pro-opio-mélanocortine (POMC).

Au niveau hypothalamique, la ghréline a donc l'effet inverse de celui de la leptine. Celle-ci, produite par les adipocytes, sert à déclencher la sensation de satiété.

Lorsque l'estomac se remplit, la production de ghréline diminue. À noter qu'il existe un pic spontané de ghréline vers 1 heure du matin pouvant induire chez les insomniaques une prise alimentaire nocturne.

Son rôle est confirmé dans deux situations pathologiques :

–  d'une part, dans le syndrome de Willi-Prader, où l'on note une corrélation troublante entre l'hyperphagie avec absence de satiété (et son corollaire, l'obésité) et un taux sanguin de ghréline près de cinq fois supérieur à la normale ;

– d'autre part, et à l'inverse, l'anastomose gastro-jéjunale proposée chez certains sujets obèses fait baisser le taux plasmatique de ghréline ; celui-ci ne s'élève pas au début des repas, faute de contact direct avec les cellules à ghréline de la paroi stomacale, et l'hormone, d'abord stimulée de façon continue, voit finalement sa sécrétion se tarir.

Quant à l'action de la ghréline sur l'hormone de croissance, elle donne lieu à d'intéressants travaux.

Il existe enfin d'autres voies de recherche concernant cette hormone dont l'injection intraveineuse a aussi un pouvoir de relâche sur plusieurs hormones : le cortisol des corticosurrénales, l'ACTH, et la prolactine hypophysaire.

La ghréline est l'hormone principale du déclenchement de l'appétit, même si elle n'est pas la seule – on connaît en effet le rôle de l'hypoglycémie (relative) et donc de l'insuline dans la sensation de faim. La maîtrise de cette hormone, en particulier la fabrication d'un inhibiteur, ouvrirait certainement la voie à des traitements prometteurs de l'obésité.

L’hormone de la ghréline ne stimule pas seulement le cerveau en le stimulant pour augmenter l’appétit, mais elle favorise aussi l’accumulation de lipides dans les tissus viscéraux, localisés dans la zone abdominale et considérés comme étant les plus nuisibles. C’est la conclusion d’une recherche du Metabolic Research Laboratory de l’Université de Navarra publiée dans le Journal International de l’Obésité [1].

La ghréline est une hormone produite dans l’estomac et dont la fonction est de dire au cerveau que le corps a besoin d’être nourri. Ainsi, le niveau de cette sécrétion augmente avant de manger et diminue après. On sait qu’elle est importante dans le développement de l’obésité, étant donné que, en stimulant l’appétit, elle favorise une augmentation du poids du corps explique Amaia Rodriguez Murueta-Goyena docteur en biologie et principal chercheur de l’étude.

 

Cependant, les chercheurs ont trouvé qu’à côté de la stimulation de l’hypothalamus pour générer l’appétit, la ghréline agit aussi sur le cortex tabula rasa. Ils ont observé comment cette hormone favorisait l’accumulation de lipides dans les tissus gras des viscères. Concrètement, elle cause une surexpression des gènes gras qui prennent part dans la rétention des lipides, explique Mme Rodriguez.

C’est précisément cette graisse accumulée dans la région de l’abdomen qui est considérée comme étant la plus nuisible, car elle s’accompagne de comorbidité, une obésité viscérale associée à une tension sanguine élevée ou un diabète de type 2. En outre, en étant localisée dans la zone abdominale et en contact direct avec le foie, ce type de tissus gras favorise la formation de gras dans le foie et augmente les risques de développer une résistance à l’insuline. Normalement, en étant associée à l’hypertension, à des niveaux élevés de triglycérides, à une résistance à l’insuline et une hypercholestérolémie, les chercheurs expliquent que la graisse abdominale favorise le syndrome métabolique.

Selon Rodriguez, la ghréline peut se trouver sous la forme acylée ou désacylée, la différence étant dans l’acide octanoïque présent dans la composition de la première. On pensait auparavant que seule la forme acylée était active dans le processus d’augmentation du poids, mais de nombreuses études ont montré que les deux hormones étaient biologiquement fonctionnelles.

 

 

a ghréline est une hormone produite principalement par les cellules de P/D1 tapissant le fundus de l'estomac et les cellules du pancréas qui stimule la faim epsilon. Niveaux de ghréline augmentent avant les repas et diminuent après les repas. Il est considéré comme l'équivalent de l'hormone leptine, produite par le tissu adipeux, qui induit la satiété lorsqu'ils sont présents à des niveaux plus élevés. Dans certaines procédures bariatriques, le niveau de la ghréline est réduit chez les patients, causant ainsi la satiété avant il se produirait normalement.

La ghréline est également produite dans le noyau arqué hypothalamique, où elle stimule la sécrétion de l'hormone de croissance de l'hypophyse antérieure... Les récepteurs de la ghréline sont exprimés par les neurones dans le noyau arqué et l'hypothalamus latéral. Le récepteur de la ghréline est un récepteurs couplés aux protéines G, anciennement le récepteur du SGH (récepteur de sécrétagogue de l'hormone de croissance).

La ghréline joue un rôle significatif dans la neurotrophie, particulièrement dans l'hippocampe et est essentielle pour l'adaptation cognitive à l'évolution des environnements et le processus d'apprentissage. Récemment, la ghréline a démontré d'activer l'isoforme endothéliale de l'oxyde nitrique synthase dans une voie qui dépend des kinases diverses, y compris Akt.

La ghréline existe dans un inactif endocriniennes (pur peptide) et un formulaire actif (octanoylated) (Hexatropin). Les chaînes latérales autres qu'octanoyl ont également été observées.

La ghréline est devenue la première hormone circulant de la faim. Ghréline et synthétique de la ghréline mimétiques (sécrétagogues de l'hormone de croissance) accroître la consommation de nourriture et d'augmentent la masse adipeuse par une action exercée au niveau de l'hypothalamus. Ils activent les cellules dans le noyau arqué qui incluent des neurones orexigène neuropeptide Y (NPY). La ghréline-réactivité de ces neurones est les deux leptine - et sensibles à l'insuline.

La ghréline active également le lien de récompense cholinergiques dopaminergiques mésolimbiques, un circuit qui communique les aspects hédonistes et armature de récompenses naturels, comme la nourriture, ainsi que des drogues toxicomanogènes, comme l'éthanol.

Récemment, les scientifiques de recherche Scripps ont mis au point un vaccin anti-obésité, qui est dirigé contre la ghréline hormone. Le vaccin utilise le système immunitaire, des anticorps spécifiquement, de se lier à des cibles choisies, ordonnant la réponse immunitaire de l'organisme contre eux. Cela empêche la ghréline d'atteindre le système nerveux central, produisant ainsi une réduction souhaitée de gain de poids.

La découverte de la ghréline a été signalée par Masayasu Kojima et ses collègues en 1999. Le nom est basé sur son rôle comme un '' libérant l'hormone de croissance peptide'', avec référence à la racine proto-indo-européenne '' ghre'', ce qui signifie '' à croître ''. Le nom peut également être considéré comme un calembour intéressant (et accessoire), trop, comme les lettres initiales de l'expression '' libérant l'hormone de croissance '' nous donnent "ghre" avec « lin » comme un suffixe habituel de certaines hormones.

LEPTINE

De multiples travaux tendent à relier diverses formes d'obésité chez l'homme avec des mutations génétiques. La piste la plus sérieuse est celle de la leptine. Le gène ob, qui code pour cette protéine, est exprimé seulement dans le tissu adipeux blanc. La leptine serait sécrétée par ce tissu et freinerait le comportement alimentaire par un relais hypothalamique. Son absence serait responsable des anomalies métaboliques que l'on observe chez des souris mutantes pour ce gène (obésité, hyperinsulinémie, hyperglycémie, hypothermie). Chez le rat, la production de leptine par le tissu adipeux s'effondre en quelques heures de jeûne ou au cours du diabète expérimental et revient à la normale en quelques heures aussi, après reprise de l'alimentation ou administration d'insuline. Ce type de régulation hormonale aussi strict indique clairement que la leptine agirait comme un signal de satiété.

Par ailleurs, l'administration de leptine aux souris génétiquement obèses entraîne une perte de poids très impressionnante. La leptine agit aussi sur les animaux sains qui peuvent perdre 12  p. 100 de leur poids corporel et toute leur graisse en quatre jours. Enfin, l'administration intracérébrale est plus efficace que l'administration intrapéritonéale, observation qui va à l'appui d'un site récepteur central.

Mais qu'en est-il chez l'homme ? Les résultats obtenus sont surprenants : le produit du gène ob est très augmenté chez tous les obèses. Cette augmentation est proportionnelle à la masse corporelle totale. Elle est plus marquée chez les sujets de sexe féminin, ce qui indique que la leptine est soumise à un niveau supplémentaire de régulation hormonale. De plus, aucune mutation n'est observée dans la région où réside la mutation qui rend obèse la souris. Il apparaît donc clairement que l'obésité n'est pas due à une synthèse diminuée de leptine ni à la production d'une leptine anormale. On est donc contraint d'envisager une série d'autres mécanismes pour expliquer les résultats observés. […]

 

Comment augmenter votre taux de leptine peut vous conduire à réellement perdre vos kilos

"La letptine vient du grec leptos qui signifie "mince""

La leptine est une hormone produite par les cellules graisseuses. Elle envoie des signaux au cerveau afin de lui dire "stop, je n'ai plus faim". Il signale aussi à votre cerveau d'activer le métabolisme pour les besoins du corps. La présence de leptine en trop grande quantité a longtemps été synonyme d'obésité, car trop de leptine dans le sang et la sensibilité à leptine diminue. Résultat : on meurt de faim et on a envie de manger.

augmenter leptineDepuis quelques semaines je poursuis  activement mes recherches sur les phénomènes de perte de poids et les facteurs qui peuvent conduire à perdre le surplus de masse graisseuse dont on n'a pas besoin. Ces recherches ont fini par m'amener à m’intéresser à la leptine.

 

 Aidant à réguler l’appétit, la letpine informe votre cerveau qu'il y a assez de gras stocké dans l'organisme. Lorsque vous prenez du poids en fait, la leptine dans votre corps cesse de fonctionner correctement et vous devenez résistant aux signaux envoyer par la leptine. Cette résistance entraine un gain de poids et rend la perte de poids quasiment impossible. Réguler cette hormone peut avoir un impact très important sur votre capacité à bruler plus de graisse, améliorer votre vitalité et votre santé en général. .

Voici quelques étapes à suivre si vous souhaitez augmenter ou réguler votre taux de letpine

Augmenter votre taux de leptine : Étape 1

Manger plus de fibres pour booster votre leptine. Les fibres remplissent votre estomac plus facilement. Quand votre estomac est plein, les hormones intestinale signalent au cerveau de produire plus de letpine. Parmi les aliments riches en fibres vous avez , les céréales complètes, les haricots, le brocoli, les pommes.

Augmenter votre taux de leptine : Étape 2

Dormez plus ! Quand vous ne dormez pas assez votre corps cesse de produire de la leptine.

Augmenter votre taux de leptine : Étape  3

Mangez plus de fruits et légumes : un conseil plutôt basique me direz-vous mais mangez beaucoup de fruits et légumes chaque jour signale à votre cerveau que vous mangez assez. Privilégiez les aliments riches en fibres et faibles en calories.

Augmenter votre taux de leptine : Étape 4

Mangez suffisamment d'aliments riches en oméga 3. Les aliments riches en oméga 3 sont les poissons gras, thon, maquereaux, saumons, mais aussi les noix, les graines de lin, ainsi qu'une plante que j'ai découvert récemment la perilla (et son huile).

Augmenter votre taux de leptine : Étape 5

Ne mangez plus après votre diner. Il est très recommandé de ne pas prendre votre diner après 19.00 , certains diront même 18.00. L'augmentation de la production de leptine le soir peut vous amener à avoir faim. Résister à cette envie de manger notamment avant le coucher va vous aider à perdre du poids et surtout va maximiser votre métabolisme pour bruler plus de graisse même pendant votre sommeil.

Astuce : si vous souhaitez perdre du poids prenez toujours avant chaque repas des fibres, cela vous aidera à manger moins , donc moins de calories et va booster votre taux de leptine.

 

 

Le sommeil, un allié minceur ?

Le sommeil, un allié minceur ?Une étude belgo-américaine vient d'établir une relation entre l'obésité et les changements hormonaux liés au manque de sommeil. Verdict : moins on dort, plus on mange, plus on risque de grossir…

Cela fait maintenant plusieurs années que l'on suspecte l'influence du manque de sommeil sur la prise de poids. Il y a quelques semaines encore, un congrès de la North Association for the Study of Obesity révélait que les personnes qui dorment seulement entre 2 et 4 heures par nuit étaient 73 % plus susceptibles d'être obèses que les dormeurs " normaux ". On sait aujourd'hui, grâce à une nouvelle étude menée conjointement par l'Université Libre de Bruxelles (ULB) et l'Université de Chicago, que cet effet s'explique par des changements hormonaux impliqués dans la régulation de l'appétit.

Ghréline et leptine

Cette équipe de chercheurs, emmenée par le Dr Karine Spiegel, directeur du groupe de recherche sur le sommeil et de la neuroendocrinologie du laboratoire de physiologie de l'ULB, a suivi 12 hommes âgés de 22 ans en moyenne et de poids normal. Ceux-ci ont été soumis, à 6 semaines d'intervalle, à deux plages de sommeil différentes : la première correspondait à un sommeil d'environ 4 h par nuit pendant 2 jours et la seconde à un sommeil d'environ 9 h par nuit. Au cours de cette expérience, les taux de ghréline et de leptine ont été mesurés dans le sang. La ghréline, synthétisée par l'estomac, envoie un signal de faim au cerveau, alors que la leptine, produite par le tissu adipeux, envoie plutôt un signal de satiété. Les chercheurs belgo-américains ont également, après chaque nuit de sommeil, apprécié la faim et l'appétit pour différents types d'aliments.

Sommeil léger, grosse faim

Les résultats apportent une explication physiologique aux travaux antérieurs. Après 4 h de sommeil, le rapport ghréline/leptine affiche un accroissement de 71%, par rapport à un plus long séjour dans les bras de Morphée. En clair, le manque de sommeil a pour effet de stimuler l'appétit. Et, malheureusement, cette faim exacerbée augmente surtout le désir pour des aliments gras et sucrés comme les confiseries, biscuits et gâteaux. Bref, on dévalise beaucoup moins le frigo en fruits, légumes et autres produits laitiers lorsqu'on est en dette de sommeil…Ces résultats qui demandent confirmation à plus grande échelle ont déjà trouvé écho dans une autre étude américaine conduite cette fois chez 1.024 personnes. Les auteurs de cette étude ont calculé que passer de 8 h de sommeil à 5 h est associé à une diminution du taux de leptine de 15,5 % et à une augmentation du taux de ghréline de 14,5%. Ces modifications hormonales s'accompagnent aussi d'une augmentation du poids corporel, matérialisée par une élévation de 3,6 % de l'indice de masse corporelle (IMC = poids en kilo divisé par la taille en mètre au carré) à 5 h de sommeil par nuit.

Partager cet article

Repost 0
Published by inspirezvous la bulle de detente
commenter cet article

commentaires

Liloune 09/01/2016 09:46

coucou tout le monde! ça n'a pas vraiment de rapport avec l'article mais ça peut toujours servir! j'ai trouvé un site qui permet de toucher un ptit salaire (350€ à 450€ par mois) en répondant à des sondages en ligne! c'est pas beaucoup mais ça permet tout de même de mettre du beurre dans les épinards! bref! voilà le lien du site pour qui ça pourrait intéresser: www.sondage-france.com profitez-en aussi ;-)

Nadou 19/02/2015 09:07

Bien facile que d'écrire qu'il faut manger des céréales complètes, supprimer tout ce qui est dérivé de la farine blanche, qu'il faut manger des légumes tels que des brocolis, haricots, qu'il faut manger des aliments fibreux tels que poireaux, céleri etc...tout cela n'est guère indiqué quand on a de gros problèmes thyroïdiens et aux intestins !...Suite à un problème de thyroïde, je suis sous L-Thyrone 175 mg depuis une dizaine d'années. En 2 ans, 30 kg en plus et j'ai développé une gourmandise sans limite. J'ai vraiment des difficultés à m'arrêter de manger, j'ai toujours faim.Pas moyen d'éliminer les toxines et le sucre du sang. En désespoir de cause, j'ai adopté l'alimentation Dukan mais en moins frustrant et moins contraignant. C'est le seul truc qui a bloqué plus ou moins mon poids. Mais c'est éreintant car il faut toujours faire attention à ce qu'on mange et encore même ainsi ce n'est pas gagné. Je marche beaucoup, j'ai fait du sport en salle, du jogging, de la natation de façon régulière mais pas un gramme de moins et le corps s'alourdit de plus en plus (bonjour les maux de dos). Alors de grâce, si vous voulez faire un excellent article, servez-nous autre chose que "il faut manger des haricots, des brocolis et des céréales complètes" ou "prendre soin de son corps, de sa méchante graisse comme si c'était quelque chose de faible". Honteux de vous moquer ainsi de la souffrance des autres et de les prendre pour des imbéciles ! Moi, je dirai plutôt à Aubry qu'elle se mette en rapport avec un sophrologue dans sa région. Les séances de sophrologie ou de yoga peuvent aider.

lila 19/02/2015 10:41

Bonjour Nadou ,

Relisez svp l'article qui a pour principale vocation d'expliquer le rôle des hormones dans la régulation des graisses et non un article sur un type de régime il se veut instructif et scientifique pour expliquer les principes physiologique de certaines hormones ...Loin de toute considération négative sur les personnes en surpoids , je vous rappelle que le travail d'un sophrologue n'est pas diététicien mais d'expliquer et d'informer le rôle du stress et son impact physiologique ...je reçois régulièrement des personnes qui viennent consulter pour un problème de surpoids et le but n'est pas de maigrir mais de retrouver un bien-être qui un impact direct sur son psychisme physique métabolisme .
Toute l'équipe d'inspirez-vous la bulle de détente vous souhaite sincèrement le meilleur de ce que vous êtes et pouvez-vivre

aubry 02/03/2014 18:51

j,ai était opére ablation totale de la thyroide en 2010 j,ai une prise de poids de 26KG.avec les deux geux opére de lygamentoplastie j,ai 53 ans.traitement euthyral et levothyrox 75.que faire pour perdre cette saleté de graisse en plus j,ai un diabéte de type2 depuis.

lila 02/03/2014 20:11

Bonjour Aubry ,

Je viens de lire votre message , pour répondre à votre question prenez soin de vous essayez de vous aimez avec vos pathologies et maux en tout genre soyez bienveillant avec vous même " cette saleté de graisse " sont des termes forts mais qui retranscrivent votre ras le bol mais prenez le contre pied parlez à ces parties à ces zones à ces cellules graisseuses en des termes plus positifs comme si vous souhaitiez avoir une conversation avec elles comme si elles étaient faibles et que vous les preniez en charge pour qu'elles ne prennent pas l'ascendant ds votre vie et surtout traitez vos émotions vos stress vos mal être allez à la source de vos problèmes pour les déraciner bien à vous Lila

Présentation

  • : Le blog de inspirezvous la bulle de detente
  • Le blog de inspirezvous  la bulle de detente
  • : INSPIREZ-VOUS LA BULLE DE DETENTE PRESENTATION DE LA SOPHROLOGIE ET LA RELAXATION POUR TOUT CEUX QUI SOUHAITENT FAIRE LE CHEMIN VERS LA CONSCIENCE ET L 'EXPLORATION DE LEUR MONDE INTERIEUR EN VUE DU BIEN ETRE ET DE L'HARMONIE .EQUILIBRE ET DEVELOPPEMENT PAR LA RELAXATION .La plus grande révolution de notre génération est la découverte que l'être humain, en changeant l'attitude de ses pensées intérieures, peut changer les aspects extérieurs de sa vie. William James (1842-1910)
  • Contact

Recherche

Liens