Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 18:16

51238682

Le diaphragme

 

I- Introduction 

C’est un muscle du système autonome, il n'est pas nécessaire de commander sa contraction. Heureusement sinon nous serions obligés de penser à respirer de jour comme de nuit.

Il joue aussi un rôle de pompe et va aider le cœur à assurer le retour veineux.
Pour bien respirer il est nécessaire d'effectuer une inspiration abdominale, c'est-à-dire sentir le ventre qui se gonfle et l'expiration doit venir du fond du ventre c'est-à-dire du périnée et pour éviter le problème du tube de dentifrice, (voir lien: la respiration), une hyper pression à chaque fois sur le périnée.

Pour que le « piston diaphragme » puisse se mobiliser correctement, il est indispensable que la statique soit bonne.
Une posture cambrée, un dos rond tassé ne permettent pas une respiration libre. Essayez de respirer à fond en étant enfoncée dans le canapé, vous sentirez tout de suite un blocage.

La respiration fait partie de la fonction de nutrition et d’élimination et pour mettre en mouvement cette fonction, il existe 2 catégories de muscles, elles mêmes réparties en 4 groupes. Voir tableau plus bas.

II- Description

Le diaphragme est le muscle principal de la respiration. Il est large et mince et sépare horizontalement le tronc en deux cavités :

  • le thorax (poitrine)
  • l'abdomen (ventre), dont la contraction permet l'inspiration (par l'augmentation du volume du thorax).

Il forme à la base du thorax, une coupole musculo-aponévrotique  percée de plusieurs orifices permettant le passage de :

  • De l’œsophage
  • De l’aorte abdominale
  • Du canal thoracique
  • De la veine cave inférieure

a) Les insertions:

Il est attaché :

  • À la paroi abdominale,
  • Aux vertèbres lombaires,
  • Aux dernières côtes,
  • Au sternum
  • Au péricarde du coeur par un tissu tendineux

Les insertions sont de 3 types :

Sternales:

  • par des faisceaux très courts, grêles. Ils délimitent la fente de Marphan, et sont bordés par les faisceaux costaux.

Costales:

  • La face endothoracique des côtes
  • Du 7em au 9em cartilage costal  et la 10eme côte
  • Sur l'arcade costale de la 1ere côte
  • Sur l'arcade du carré des lombes (qui devient le ligament arqué latéral)

Vertébrales: naissent de piliers fibreux

  • Pilier droit: sur la face ventrale des corps vertébraux de th12 à L3.
  • Pilier gauche: sur la face ventrale des corps vertébraux de th12 à L2.

b) Sa forme:

En forme de dôme, a convexité supérieure, les fibres du diaphragme se réunissent en un centre, sur un tendon aplati et circulaire, point culminant de cette coupole : le centre phrénique.

 

 

 

Il est comparable à l’image d’un trèfle à quatre feuilles :

  • Quatre feuilles représentant quatre corps musculaire
  • Une tige et les espaces entre les 4 feuilles représentant les bandelettes fascio-aponévrotiques du muscle. La tige pourrait représenter la suspension du muscle au médiastin ainsi que son lien avec le système fascia global du corps.

Il comprend 2 parties :

  •  
    • Une partie centrale, charnue, tendineuse : le centre sphérique (partie claire sur le dessin fig 3)
    • Une partie périphérique musculaire, s’insérant tout autour du thorax avec :
      • Les six dernières paires de côtes
      • L’appendice xiphoïde
      • Le rachis lombaire par les piliers du diaphragme.

 

c) Le diaphragme relié à la colonne vertébrale

Théoriquement, se sont les insertions vertébrales (D12, L1, L2, L3) du muscle.
En réalité, les mouvements s’échelonnent sur 10cm de long, au point d’inflexion de la zone vertébrale du diaphragme : D12, L1, L2, dite zone libératoire du diaphragme

Le diaphragme est commandé par les nerfs phréniques sortant de la 4eme vertèbre cervicale.
Il faut donc débloquer C4, et toute la zone cervicale, puis libérer la zone mécanique D12, L1, L2, si l’on veut avoir une action thérapeutique complète sur ce muscle et donc sur la respiration en général.

On comprend que, dans une conception juste de la biomécanique du corps, tout se tient et qu’une bonne respiration ne dépend pas uniquement d’un bon diaphragme et d’une bonne éducation respiratoire, et que l’entraînement doit toujours être complémentaire avec une vision globale de la pratique :

  • Bonne colonne vertébrale
  • Bons abdominaux
  • Bonnes narines etc.

 

 III- Fonction: son mécanisme respiratoire

C’est le principal muscle inspiratoire, second cœur, sans lequel la respiration n’est plus possible.

Dans un premier temps lorsqu’il se contracte, il s'aplatit et l’ensemble des insertions périphériques inférieures est fixe, et le raccourcissement musculaire entraîne une descente du centre phrénique.
Un vide se crée dans la cavité thoracique et exerce une pression dans la cavité abdominale.  Le vide est comblé par l'expansion du tissu pulmonaire et l'air inhalé.

Cette poussée abdominale déclenche, entre autres, une intervention synergique, en partie par réflexe myotatique du muscle transverse.
Cette descente provoque une augmentation de la pression intra-abdominale.
Le contenu abdominal et le muscle transverse forment alors un point d’appui fixe au centre phrénique déjà stabilisé par la résistance à l’élongation des fascias vertébraux du médiastin auquel il est suspendu.
A partir de ce moment là, les points qui étaient mobiles (le centre phrénique et le contenu abdominal) deviennent fixes et les attaches costales du diaphragme s’étirent.
L’appui du centre phrénique sur le contenu abdominal fait intervenir :

  • Le muscle transverse,
  • Plus ou moins les autres muscles abdominaux (obliques et grands droits),
  • Les muscles du périnée.

 

La pression exercée sur le bas de l'abdomen favorise l'accouchement et la défécation.
Quand le diaphragme se relâche et reprend sa forme de dôme, l'air est repoussé (expiré) et les poumons se contractent.
Bien que les muscles intercostaux et abdominaux fonctionnent également lors de la respiration, pendant le sommeil, la respiration est essentiellement due aux contractions du diaphragme.

La convexité de la coupole s’explique :

  • Par l’existence d’une pression intra thoracique négative, qui joue le rôle de la force d’aspiration
  • Par la pression des viscères, et de la paroi abdominale qui le repoussent vers le haut
  • Par la suspension du diaphragme et plus particulièrement du centre phrénique à l’ensemble membraneux, fascia.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le diaphragme, muscle essentiel de la respiration, agrandit le thorax dans ses 3 diamètres.

1-Diamètre vertical :

En se contractant, il abaisse son centre et ainsi, allonge le diamètre vertical. Il agit alors comme un piston glissant dans un corps de pompe. L’abaissement se trouve limité par la mise en tension des éléments du médiastin auquel il est suspendu, et la présence des viscères et des muscles abdominaux, sur lesquels il s’appuie

 

2-Diamètre transversal inférieur

A partir du moment où le diamètre vertical se trouve au maximum de son ouverture, le centre phrénique s’appuie sur la masse abdominale, maintenu par les fibres du médiastin, il devient le point fixe, à partir duquel les fibres musculaires agissent pour élever les côtes. Ainsi le diaphragme agrandit le diamètre transversal du thorax inférieur. Les côtes inférieures se déplacent dans l’espace en un mouvement dit en « anse de panier ».

 

3-Diamètre antéro-postérieur

Par son action sur le sternum, il élève les côtes supérieures, provoquant l’allongement du diamètre antéro-postérieur. Le mouvement est dit « bras de pompe », ou de haut en bas, et d’avant en arrière.

En fait ces mouvements se font simultanément.

 

Les autres actions que celles liée à la respiration :

Le diaphragme est le grand ouvrier de la respiration, donc de la vie

  • Il délimite le monde de la respiration en haut et celui de la digestion en bas.
  • Il masse sans cesse les organes, favorisant l’absorption de l’oxygène et le dégagement du gaz carbonique.
  • Il permet un contrôle du trac, car son point d’attache frontal correspond au plexus solaire, qui est un centre énergétique important, siège de nos émotions. Travailler au maintien du calme du diaphragme va donc nous permettre du même coup de maîtriser nos émotions et de pouvoir mieux gérer notre trac.
  • Il permet d’abaisser volontairement notre rythme cardiaque en maîtrisant la vitesse de l’inspir et de l’expir et ainsi de maintenir ou de retrouver un calme physique, même dans une situation stressante.
  • Il sépare les chakras du haut et ceux du bas, c’est un muscle qui ne s’arrête jamais, de la naissance à la mort.
  • Il fonctionne seul, mais peut être soumis à la volonté.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by inspirezvous la bulle de detente
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de inspirezvous la bulle de detente
  • Le blog de inspirezvous  la bulle de detente
  • : INSPIREZ-VOUS LA BULLE DE DETENTE PRESENTATION DE LA SOPHROLOGIE ET LA RELAXATION POUR TOUT CEUX QUI SOUHAITENT FAIRE LE CHEMIN VERS LA CONSCIENCE ET L 'EXPLORATION DE LEUR MONDE INTERIEUR EN VUE DU BIEN ETRE ET DE L'HARMONIE .EQUILIBRE ET DEVELOPPEMENT PAR LA RELAXATION .La plus grande révolution de notre génération est la découverte que l'être humain, en changeant l'attitude de ses pensées intérieures, peut changer les aspects extérieurs de sa vie. William James (1842-1910)
  • Contact

Recherche

Liens