Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 17:15

beaute10

 

 

Les métaphores


Une difficulté psychologique ou un blocage répond souvent à une impossibilité : le sujet est bloqué dans des stratégies conscientes qui n’apportent pas satisfaction, entretiennent ou nourrissent la difficulté. La résolution du problème, installé dans une impasse consciente (« encore plus de la même chose », par exemple), doit s’installer à un autre niveau, inconscient. Le langage métaphorique est un puissant processus d’activation de ce niveau intérieur, inconscient, beaucoup plus compétent, puissant et créatif. Erickson définissait la métaphore comme « moyen qui permet d’apporter de nouvelles significations à la conscience ».
 
Produire une métaphore, c’est sortir un mot ou un  groupe de mot de leur contexte pour les faire passer du sens propre au sens figuré. Autrement dit, la métaphore est une comparaison dissimulée, exprimée sans le mot « comme ». Le sens propre s’adresse à la raison, le sens figuré à l’imaginaire. La métaphore peut prendre la forme d’une image, d’une histoire, d’un proverbe, d’une anecdote, d’une citation, d’un mythe, d’un conte…  

 

Une métaphore doit présenter quelques critères pour être efficace :
 
èUne métaphore, comme toute histoire doit avoir
- un début : la problématique métaphorisée
- un milieu : la stratégie de résolution métaphorisée
- une fin : le dénouement, solution métaphorique au problème.
 
èUne métaphore doit être isomorphique, c’est-à-dire reproduire personnes, événements, processus ou problématique de manière équivalente aux critères de la situation réelle.
 
èUne métaphore doit respecter la carte de la réalité du sujet : dominante sensorielle, submodalités, metaprogrammes, systèmes de croyance…
 
èUne métaphore doit être énoncée en synchronisation avec la personne, en calibrant et ajustant en fonction des réactions verbales et non-verbales.
 
èUne métaphore doit susciter émotion ou intérêt venant cristalliser inconsciemment les significations et solutions.
 
èUne métaphore doit être inconsciente, c’est-à-dire implicite, non compréhensible consciemment. Problématique, stratégie et résolution sont abordées à un autre niveau.

 
 
L’usage métaphorique présente nombre d’avantages :
 

èLa métaphore ouvre le champ des possibles : « En l'absence de rails préétablis, le travail d'interprétation de la métaphore confère à l'interprète un espace virtuellement ouvert »Prandi
 
èLa métaphore est suggestive : elle s’adresse à l’inconscient du sujet en déjouant les mécanismes de défense qui se seraient déclenchés avec un message direct.
 
èLa solution est masquée : elle laisse la possibilité au client d’adopter ou non ce qui lui est proposé.
 
èLa solution est déterminée par le sujet, issue de son ’interprétation de la métaphore. La solution est SA solution.
 
Une anecdote, une fable une expérience personnelle du thérapeute… sont autant de chemins offerts vers le changement. Le but est toujours d’activer des processus de recadrage, d’évolution chez le sujet. La métaphore évoquera des ressources nécessaires au sujet pour la résolution de son problème.
 
Une métaphore pourra être utilisée pour faire intégrer tout élément de la démarche thérapeutique :
-          Le sujet a en lui les ressources de son évolution
-          L’échec est une information
-          Les difficultés peuvent être surmontées
-          On atteint l’objectif qu’on s’est fixé

 
 
Une métaphore peut être fermée ou ouverte :
 
1)  Métaphore fermée : le thérapeute propose, oriente en fonction des particularités et réactions du client.  Celui-ci écoute et traite inconsciemment les informations en s’appropriant les symboles.
 
2)  Métaphore ouverte : le sujet intervient dans la construction de la métaphore qui évolue vers sa résolution inconsciente à travers un dialogue entre thérapeute et client. 

 

 

L'usage de la métaphore et des contes en thérapie

 

La métaphore et les Contes en Thrapie La métaphore, du grec μεταφορά (metaphorá, au sens propre, transport), est une figure de style fondée sur l'analogie et/ou la substitution.

C'est un type particulier d'image sans outil de comparaison qui associe un terme à un autre appartenant à un champ lexical différent afin de traduire une pensée plus riche et plus complexe que celle qu'exprime un vocabulaire descriptif concret. La métaphore constitue ainsi une utilisation suggestive et expressive de la langue.

De façon plus générale, la métaphore recouvre par sa forme raccourcie tous les usages de l'image en se différenciant de la comparaison. La métaphore se retrouve donc naturellement dans la littérature et particulièrement dans l'expression poétique, mais elle est d'un usage quotidien dans le langage, dans les arts plastiques, le cinema ..

 

Métaphore et parabole : le langage direct du cerveau droit

La métaphore transporte un message, qui la plupart du temps reste caché à notre côté logique. Nous voyons que dans toutes les cultures, le conte, la métaphore et la parabole sont utilisés pour communiquer en langage du « cerveau droit », c’est-à-dire en image et en langage imaginatif.

Dans ce mode de communication, le message est caché à la partie consciente de l’interlocuteur mais son inconscient le capte et le comprend très bien. C’est le langage que nous utilisons avec les enfants, c’est le contenu que nous voulons laisser passer par le moyen de l’histoire.

 

Psychologie et psychanalyse des contes de fée : pourquoi raconte-t-on des histories aux enfants ?

 

C’est bien ce que nous ont montré les études des chercheurs qui ont analysé le contenu des contes de fées comme Bruno Bettelheim ou Marie-Louise Von Franz. Cette dernière, disciple de Jung, applique la théorie des archétypes à l’analyse des contes de fées pour tenter de comprendre quelle est leur action thérapeutique dans la formation de l’inconscient. «Les contes de fées expriment de façon extrêmement sobre et directe les processus psychiques de l’inconscient collectif».

Le conte, l’histoire, parlent à l’enfant de lui-même et lui apprennent quelles sont les solutions possibles aux différentes situations que la vie va lui réserver. Il est en cela essentiel à sa formation psychique. Le conte magique, le mythe, l'histoire, la fable, sont utilisés pour permettre à l'enfant et à l'adolescent d'intégrer des savoirs quant aux enjeux de l'homme — la naissance, la transformation, l’amour, la rupture, la violence, la mort. Contrairement au texte philosophique où les choses sont explicitées et nécessitent de posséder un corpus de connaissances, le texte d'apprentissage et de soin entre en résonance directe avec des parties de la pensée qui sont mal accessibles à la conscience. Il n’y a rien à «comprendre»..

 

Métaphore et psychologie

 

Psychanalyse, Lacan : la métaphore dans la structure et la dynamique de l'inconscient

Lorsqu'il s'agit soit de comprendre la dynamique inconsciente d'un individu, soit de lui apporter des modèles l'enrichissement de ses dynamiques inconscientes, la métaphore a une place importante.

La pratique du « soin par la métaphore » précède de plusieurs millénaires la compréhension de l'organisation de la pensée profonde par la métaphore. Jacques Lacan a ainsi ouvert la voie de l'exploration métaphorique en psychanalyse, notamment dans « La métaphore du sujet » (1960). Pour Lacan, reprenant Freud quant aux processus à l'œuvre dans le rêve, la substitution d'un élément par un autre permet d'en exprimer le côté refoulé. Autrement dit, un mot pour un autre, un mot concret pour un mot abstrait, un transfert de sens par substitution analogique, telle est la définition de la métaphore en psychanalyse lacanienne. Lacan cite ainsi des métaphores célèbres notamment « les fleurs du Mal » de Baudelaire comme des recours linguistiques exprimant une impossibilité du sujet de conceptualiser en totalité son mal et son refoulé. Lacan relève le mode selon lequel l’inconscient opère, ainsi que Freud l’avait décelé par la production de condensations et de déplacements le long des mots, à travers les lapsus et dans le matériel onirique surtout.

 

La métaphore et le conte en thérapie : comment cela marche ?

Le but de la métaphore, de la parabole, de l’histoire, en thérapie, est que le patient trouve lui-même la réponse, la solution, avec l’aide du thérapeute qui en aucun cas ne lui apporte sa solution ... En effet, les « bons conseils » soi disant avisés de ceux qui nous veulent du bien ne font que provoquer nos mécanismes de défense : au mieux, quand nous allons demander un conseil à autrui, nous ne cherchons que la validation de ce que nous pensons et savons déjà.

La métaphore raconte une histoire, l'histoire d'un autre et ne suscite pas nos mécanismes de défense car elle parle directement à l'inconscient en lui proposant un parcours initiatique de manière libre.

 

Métaphore et PNL

La PNL (programmation neuro linguistique) utilise aussi beaucoup les métaphores à visée de prise de conscience. Le langage métaphorique est un langage imagé. L’idée est que la métaphore a un sens apparent et un sens caché. C’est le sens caché qui aurait toute sa force.

 

Milton Erickson, l'hypnose et l'utilisation thérapeutique de la métaphore.

Nous retrouvons l’usage de la métaphore au coeur de la pratique de Milton Erickson. En effet, au lieu de dire à une patiente : « Mais si, il y a de l’espoir, vous verrez, vous allez aller mieux », ce qui, au mieux, pousse la patiente à répondre : «Non non, je sais bien que ma vie est stérile », Milton Erickson va lui parler de la croissance des plantes, de la nature qui connaît des cycles, de l’hiver qui prépare le printemps et de comment les plantes poussent dans son jardin. En ne parlant pas de front du problème de la patiente, celle-ci n’a pas besoin de se défendre en pensant : « Il parle de moi là ! ». Au contraire, il éveille l’intérêt de cette femme et, comme une grand-mère va raconter un conte à l’enfant, où l’enfant apprendra que la princesse a trouvé une solution à un problème apparemment insoluble, Milton Erickson parle directement à l’inconscient de la patiente en lui suggérant qu’il y a des fruits possibles et que sa vie n’est pas stérile.

 

La métaphore a la capacité de contacter les profondeurs de l’autre et de susciter en lui la capacité de changement, de changer de point de vue, de trouver une solution dans une situation apparemment insoluble.

La lecture des contes traditionnels des différentes cultures, de proverbes, de fables, peut nous aider à renouer avec cette pratique thérapeutique ancestrale.

Les métaphores thérapeutiques sont à l'inconscient personnel et aux croyances ce que les contes sont à l'inconscient collectif et aux mythes. Elles sont des outils puissants de communication.

Le thérapeute peut les utiliser dans le but d'aider les personnes qui se trouvent dans des situations difficiles. Elles peuvent amener un changement d'état, de contexte, qui favorise l'émergence de solutions nouvelles à des problèmes qui paraissent parfois insurmontables.


Partager cet article

Repost 0
Published by inspirezvous la bulle de detente
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de inspirezvous la bulle de detente
  • Le blog de inspirezvous  la bulle de detente
  • : INSPIREZ-VOUS LA BULLE DE DETENTE PRESENTATION DE LA SOPHROLOGIE ET LA RELAXATION POUR TOUT CEUX QUI SOUHAITENT FAIRE LE CHEMIN VERS LA CONSCIENCE ET L 'EXPLORATION DE LEUR MONDE INTERIEUR EN VUE DU BIEN ETRE ET DE L'HARMONIE .EQUILIBRE ET DEVELOPPEMENT PAR LA RELAXATION .La plus grande révolution de notre génération est la découverte que l'être humain, en changeant l'attitude de ses pensées intérieures, peut changer les aspects extérieurs de sa vie. William James (1842-1910)
  • Contact

Recherche

Liens